Gel de printemps sur le vignoble français

Partager cet article

Depuis le 18 avril, une vague de froid s’est installée en France, c’est un véritable coup dur pour les vignerons, qui voient leurs jeunes bourgeons complètement brûlés par le gel.

bourgeon détruit par le gel
Bourgeon détruit par le gel : celui-ci ne donnera aucun fruit

L’hiver avait pourtant été plutôt doux, la végétation avait 2 à 3 semaines d’avance. Les températures clémentes avaient eu pour effet de faire monter la sève dans la plante, celle-ci déclenchant la sortie des feuilles et des bourgeons fructifères.

Des dégâts dans tous les vignobles

Cette avance s’est transformée en véritable malédiction : le gel ayant pour effet de geler la sève, celle-ci va « brûler » la plante de l’intérieur, en détruisant les cellules des feuilles et des bourgeons, et en leur donnant un aspect marron et recourbé. Cet épisode de gel rappelle les maudites gelées noires de 1991 et de 1994. Même s’il est un peu tôt pour estimer les dégâts, tous les vignobles français ont été touchés, entre 20% et 100% selon les parcelles.

Dans le Tarn

« Depuis 20 ans que je suis installé, c’est le premier gel très significatif que nous subissons… »

Rares sont les vignobles à avoir été épargnés. Dans le vignoble de Fronton dans la vallée du Tarn, Guy Salmona, du Château Laurou, estime ses pertes « entre 50% et 70% » et redoute de nouveaux épisodes de gel à venir.

En Savoie

« C’est la première fois que nous sommes confrontés à un phénomène de cette ampleur. »

Il en va de même pour le vignoble savoyard, ou M.Genoux, du Château de Mérande, nous a confirmé la perte « d’environ 20% de la récolte ». Certains cépages ont été plus touchés que d’autres, puisque les altesses, gamay et persan ont été endommagé à 95%. Triste.

Feuilles détruites par le gel au Château de Mérande
Les feuilles du Château de Mérande n’ont pas survécu..

Dans le Bordelais

« J’ai perdu pas loin de 95 % de la récolte en une nuit, c’est une catastrophe.»

Douloureux réveil pour le Château Vieux Mougnac, qui indique sur sa page Facebook que « la totalité des parcelles des vignes du domaine ont été touchées ».

D’autres témoignages venant de toute la France nous racontent des situations similaires.

En Alsace

Les domaines d’Alsace ont beaucoup souffert, de par le caractère prompt du Gewurztraminer, qui était déjà très développé pour cette période de l’année.

Dans le Jura

Le vignoble du Jura a lui aussi beaucoup perdu : certains domaines du sud du Jura ont perdu 90% de la récolte, ces derniers s’accordent à dire qu’il n’y aura pas de millésime 2017.

En ce printemps 2017, peu nombreux sont les domaines français qui n’ont pas été frappé par le gel. BourgogneVal de loireChampagne et même le vignoble du Languedoc-Roussillon : la gelée noire n’a épargné personne, malheureusement.

feuilles recourbées et endommagées
Vigne du Château Vieux Mougnac

N’existe-t-il pas des solutions pour protéger les vignes du gel ?

Il existe différentes méthodes, mais elles restent chères et sont très contraignantes.

Pour commencer, la première et la plus logique est de réchauffer la vigne par le feu, en plaçant des foyers à intervalles réguliers dans les vignes. Que ce soit au moyen de chaufferettes, par des bougies, ces solutions permettent de gagner quelques précieux degrés supplémentaires.  Seulement, ces deux méthodes sont très coûteuses et mauvaises pour l’environnement. De plus, il est difficile de les mettre en place sur des grandes surfaces car les chaufferettes et bougies sont allumées et alimentées à la main.

chaufferettes au fioul pour réchauffer les vignes
Chaufferettes au fioul

La troisième méthode par le feu consiste en des brûleurs au propane, qui sont plus respectueux de l’environnement et surtout automatiques : dès que la température passe en dessous de 0 degré, tous les brûleurs se déclenchent sur la parcelle. Cette technique est l’une des plus récentes sur le vignoble français, et semble avoir de longues années devant elle.

Ces méthodes sont très efficaces sur des petites parcelles, cependant, les prix grimpent vite lorsqu’il s’agit de grandes parcelles puisqu’il faut en moyenne 150 brûleurs au propane pour couvrir seulement 1 hectare.

Bougies de paraffine dans le Chablis
Bougies de paraffine dans le Chablis

Un autre moyen d’empêcher le gel des vignes, consiste à récupérer l’air 10 mètres au-dessus des vignes, qui est plus chaud, et de le brasser afin de réduire l’écart de températures. Quoi de mieux pour brasser l’air qu’une hélice. Qu’elle consiste en une éolienne fixée au milieu de vignes ou dans des hélicoptères qui patrouillent le vignoble, ces solutions permettent de couvrir de larges parcelles : 1 éolienne est suffisante pour réchauffer 4 hectares environ.

Quant aux hélicoptères, cette solution reste plus coûteuse et plus risquée : les hélicoptères sont obligés de voler à basse altitude (moins de 20 mètres du sol) pour que le brassage d’air soit efficace. Ajoutons à cela le fait que le vol se fait de nuit ou à la lumière de l’aube. Cependant, cette technique porte ses fruits et, malgré son prix, les récoltes sont sauvées.

VIDEO. Montlouis : contre le gel, des hélicos… par lanouvellerepublique

La plus efficace de ces méthodes reste l’arrosage. Oui, oui, l’arrosage : les vignes sont aspergées d’eau, qui vont former autour des bourgeons un « mini-igloo » qui va permettre au bourgeon d’être protégé du gel, en étant entouré de glace. Cette méthode permet de protéger les bourgeons jusqu’à -7 degrés Celsius. Seulement, elle demande de grandes quantités d’eau ainsi qu’un système souterrain d’arrosage.

bourgeon dans la glace
Bourgeon conservé dans la glace, ce qui lui permettra de tenir jusqu’à ce que les températures se réchauffent au petit matin

Et le vin bio dans tout ça ?

Nos solutions préférées restent les pulvérisations antigel.

Il en existe plusieurs avec des effets différents : La pectine, qui est issue de la peau de pomme et d’agrumes. Elle permet, une fois pulvérisée sur la plante, de stimuler le système de défense de la vigne, et de résister plus efficacement contre le gel.

La pulvérisation à base de Valériane (507) à elle aussi fait ses preuves en la matière : son action renforce le métabolisme en phosphores des sols et permet de régénérer la plante et d’agir comme un anti-stress. Elle permet de créer un « manteau de chaleur » autour des jeunes pousses ainsi que des bourgeons qui permet de faire grimper la température de quelques degrés.

Seul bémol de ces solutions, dès que les gelées se font trop intenses, celles-ci ne suffisent malheureusement plus à protéger les vignes efficacement.

cheval en train de pulvériser
Pulvérisation à cheval

Cette année sera encore une année difficile pour nos vignerons, cependant, même si le millésime 2017 comptera moins de bouteilles produites, le vin restera au même niveau d’excellence. Malgré les difficultés que peut imposer la nature, les vignerons nous ont confié qu’ils resteront dans ce métier, même s’ils doivent subir de nouveaux des épisodes difficiles comme celui-ci.

Toute l’équipe des Vins Bio de Camille soutient les vignerons dans cette mauvaise passe. Visiblement le froid ne connait pas de repos puisque du gel est encore prévu pour ce 29 avril 2017…

 

Partager cet article

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *